Investigation complémentaire pour la détection de réseaux en Centre-Val de Loire

Besoin d’identifier de manière précise l’emplacement des réseaux enterrés afin de vérifier la faisabilité de votre projet de travaux ? Si la cartographie des réseaux souterrains n’est pas suffisamment précise, les risques d’endommagement en touchant aux réseaux sensibles (réseaux électriques, réseaux de gaz, éclairage public…) est grand. Conotech, géomètre-topographe expert dans la détection des réseaux souterrains, se charge des opérations d’investigation complémentaire pour le repérage de la proximité des réseaux et canalisations. Pour cela, nos experts utilisent du matériel de topographie permettant la détection précise des réseaux et le marquage-piquetage avant l’exécution des travaux.

Technicien et matériels de détection radar
Deux ouvriers devant un plan

L’obligation de réaliser des investigations complémentaires

Les investigations complémentaires en phase projet sont devenues obligatoires depuis la nouvelle réglementation du 1er janvier 2020. Elles doivent localiser les réseaux et reclassifier les réseaux sensibles présents en zone urbaine, identifiés en B ou C, à cause de la dangerosité en cas de choc. Elles font parties intégrantes du processus de détection des réseaux enterrés et de géoréférencement.

Ainsi, avant le commencement des travaux, le maître d’œuvre, le maître d’ouvrage, le responsable du projet, l’exécutant de travaux ou encore l’exploitant du réseau doivent avoir connaissance des réseaux qui traversent la zone d’emprise de travaux. Pour cela, ils doivent consulter le guichet unique (accessible en téléservice) et obtenir le récépissé de DT-DICT qui précise les différentes classes de précision, référence la proximité des ouvrages complémentaires et des réseaux enfouis, subaquatiques ou aériens.

Si les réseaux sensibles ne sont pas en classe A, confiez les investigations complémentaires à Conotech afin de détecter les réseaux de proximité et de reclassifier les ouvrages souterrains en précision A.

Mesure sur chantier

Quel est l’objectif des investigations complémentaires ?

Les investigations complémentaires, qu’elles soient intrusives ou non intrusives, ont pour but de ramener le plus grand nombre de réseaux existants en classe A, avant la réalisation de travaux. Cette opération doit en effet permettre de fiabiliser le projet, d’éviter tout cas d’endommagement et d’apporter la sécurité nécessaire au chantier.

La classe de précision A est réservée aux ouvrages enterrés dont l’incertitude maximale de localisation indiquée par son exploitant est inférieure ou égale à 40 cm s’il est rigide, ou 50 cm s’il est flexible.